Agen : depuis 30 ans, la Mouette vole au secours de l'enfance

 

C’est officiellement au 11 février prochain qu’Annie Gourgue va célébrer le trentième anniversaire de son association La Mouette, créée au lendemain du meurtre d’une fillette, Magali Forabosco, à Colayrac-Saint-Cirq en 1984.Depuis, l’association n’a cessé de lutter pour la protection des enfants, en les assistant dans les actions de justice, en ouvrant des salles d’auditions pour les victimes, les salles Mélanie. « Nous avons aussi contribué à la création du numéro vert européen 116 000 pour les enfants disparus, à celle d’Amber alert ou encore la journée internationale des enfants disparus. »Outre cet anniversaire, Annie Gourgue pourrait apprécier cette année à plus d’un titre. En effet, la première dame de France a annoncé sur les réseaux sociaux vouloir faire de l’enfance maltraitée une grande cause nationale.

 

Le myosotis, la fleur qui lutte contre l’oubli des 14 enfants qui restent disparus en France. / J-M Mazet.

 

 Un Comme chaque année depuis 13 ans, l’association La Mouette invite les Agenais à se souvenir des enfants disparus, dont la petite Marion, à l’occasion d’une journée internationale.À l’occasion du 25 mai, journée internationale des enfants disparus, le Centre français de protection de l’enfance invite à la mobilisation contre les disparitions d’enfants et rappelle que près de 50 000 enfants sont portés disparus chaque année


«Un avant et un après Marion»

Un chiffre que tempère Annie Gourgue, présidente de La Mouette, dans la mesure où il ne totalise pas que des disparitions de nature criminelle, mais il englobe «bon nombre de fugues de mineurs avec des fiches de recherche pas toujours réactualisées même lorsque l’enfant a regagné le domicile ou le foyer». Pour autant, Annie Gourgue reconnaît que les disparitions de mineurs sont prises très au sérieux depuis plusieurs années: «On s’est entendu dire pour Marion: c’est une fugue, elle va revenir… Mais nous avons pu constater un avant et un après Marion». «Ces disparitions de mineurs sont systématiquement qualifiées d’inquiétantes. Il ne faut pas laisser passer un certain délai, on sait tous que c’est dans les premiers instants qu’il faut agir», insiste le lieutenant-colonel Chapotard qui dirige la section de recherches d’Agen.Cette unité spécialisée de la gendarmerie continue de vérifier les pistes potentielles dans le cadre de l’affaire Marion dont l’instruction reste ouverte, même si les témoignages se sont aujourd’hui raréfiés: 4 en 2013. La Mouette relaiera dimanche la journée internationale des enfants disparus sur Agen, place de la Mairie et sur la voie sur berge. D’autres associations vont prendre part à cette commémoration européenne comme CFPE, APEV (aide aux parents d’enfants victimes) et MANU association (aide aux familles victimes d’une disparition).

 

 

Sous-catégories