,

20 ans cette année que Marion a disparu sur le chemin de l'école

Faits divers - Date anniversaire le 14 novembre

«Je garde espoir qu'un jour, quelqu'un parlera ou soulagera sa conscience.» / Photo Morad Cherchari.
«Je garde espoir qu'un jour, quelqu'un parlera ou soulagera sa conscience.» / Photo Morad Cherchari.

L'affaire Marion a laissé des traces. Présidente de «La Mouette», Annie Gourgue revient sur les 20 ans de sa disparition. De la formidable chaîne de solidarité humaine à l'émotion qui a gagné la France entière.

Marion Wagon a eu ou aurait eu 30 ans le 8 août dernier. Le 14 novembre, cela fera 20 ans que la fillette au regard bleu myosotis s'est volatilisée à midi sur le chemin de l'école Sembel d'Agen. Une disparition à laquelle ne peut se résoudre Annie Gourgue, la présidente de «La Mouette» qui a fait de cette énigme irrésolue le combat d'une vie. «Tous les jours, je me dis demain, on saura quelque chose. Nous devons savoir ! Qu'elle soit vivante ou pas. Si Quelqu'un sait quelque chose, il doit le dire ou peut-être que cette personne voudra un jour soulager sa conscience». L'instruction est toujours ouverte dirigée par la magistrate Sylvie Tronche qui a fait numériser des décennies de procédures et une cellule est encore active à la SR d'Agen. Trois gendarmes continuent d'exploiter la moindre piste, même les plus farfelues.

 

Hier à la permanence de «La Mouette» aux côtés de Christine Bonfanti-Dossat, vice-présidente et engagée depuis la première heure, Annie Gourgue a retracé 20 ans d'historique de la mobilisation pour retrouver Marion qui a vite gagné la France entière et l'Europe. 5 000 affiches imprimées au lendemain de la disparition financées par Muriel Boulmier, l'autre figure essentielle du comité devenu plus tard «La Mouette», à Patricia Henry dont la fille était dans la même école que Marion, alors épouse du directeur de cabinet du préfet de l'époque qui mettra le carnet d'adresses des 36 000 maires de France au service du comité pour les affiches. La solidarité passera par les fonctionnaires des administrations émus par ce fait divers qui proposeront leur aide, tous les clubs Lion's et Rotary, des anonymes venus prêter main-forte, les employés de La Poste en grève en novembre 1996 qui accepteront le soir de rouvrir le centre de tri pour collecter les affiches à acheminer pour Marion, les 4X3 placardées par le conseil général jusqu'aux deux juges d'instruction en charge du dossier qui viendront coller des enveloppes en sortant de leurs cabinets. «On avait espoir de retrouver Marion».

Le mauvais départ de l'enquête

Une chaîne humaine s'est mise en place à laquelle la présidente rend grâce. Elle se remémore les cahiers entiers de messages, les routiers qui faisaient jouer leurs réseaux, les distributions au péage de l'autoroute. Jusqu'à la rencontre providentielle avec le présentateur Jacques Pradel de «Perdu de vue» qui la met en contact avec des industriels du lait qui reprendront le portrait de Marion sur 10 millions de packs. Sans oublier les télévisions italiennes, portugaises et hollandaises qui se sont intéressées à la petite fille. Mais aussi et surtout le temps perdu au premier jour de l'enquête parce que le procureur de l'époque avait privilégié une fugue… à 10 ans. Puis les tâtonnements des enquêtes confiées successivement au commissariat, à la PJ et enfin à la SR. «Il faut préciser que 20 ans en arrière, nous ne disposions pas des services modernes de la police scientifique et des analyses ADN. Et le fichier génétique des auteurs de crimes sexuels n'existait pas. Mais la SR a fait un boulot énorme.»

L'affaire Marion aura marqué un tournant. C'était la première fois qu'une enfant disparaissait en plein jour dans la rue. «La Mouette» a reçu le soutien de Bernadette Chirac, de son mari Jacques, du Premier ministre Alain Juppé. Un numéro vert a été mis en place au début, puis un numéro européen grâce à Nicole Fontaine.

L'association a intégré, en 1999, la fédération européenne «Missing Chidren Europe» aux côtés de la Belgique meurtrie par l'affaire Dutroux et de l'Italie où de la traite d'enfants albanais sévissait. L'association a contribué à faire prendre conscience du phénomène de la cybercriminalité et de la lutte à lui opposer.

Mais lundi, «La Mouette» refuse que Marion tombe dans l'oubli.


Marche silencieuse lundi 14, sans les parents Wagon

«Les parents de Marion ne seront pas là lundi. Ils sont partis dans le Nord pour quelques jours. Ils nous ont autorisés à être leur porte-parole. Mais ils sont fatigués et veulent prendre du recul. C'est légitime. On les comprend». Une famille lasse du malheur qui stigmatise. Michel et Françoise Wagon sont aujourd'hui grands-parents et aspirent à vivre loin des caméras, des micros brandis sous le nez et du crépitement des flashs. Le père de Marion a répondu présent pendant des années aux sollicitations médiatiques, mais chaque mois de novembre reste une période éprouvante pour des parents profondément marqués dans leur chair par l'absence de leur fille. Et puis il y a le reste de la fratrie. La vie a dû reprendre ses droits.

Mais pour Annie Gourgue, chaque action entreprise peut conduire vers la vérité, amener des langues à se délier, reste-t-elle convaincue.

Lundi 14 novembre, une marche silencieuse démarrera à partir de midi devant le palais de justice d'Agen et passera devant l'école Sembel pour se souvenir de la fillette. Des pins bleus gratuits sont disponibles à la permanence de «La Mouette» rue Montesquieu et une distribution sera réalisée samedi en ville par des bénévoles. «La Mouette» a aussi fait imprimer un lot de 2000 enveloppes prétimbrées avec dans un coin, l'affiche tristement célèbre du visage de Marion. Les enveloppes vous attendent rue Montequieu au prix de 0.80 centimes l'unité. «La Mouette» espère que la mobilisation sera importante lundi à midi. Un égrégore de pensées pour Marion.

Marion Wagon a disparu le 14 novembre 1996.
Marion Wagon a disparu le 14 novembre 1996. ©
DR

VIDÉO - L'association La Mouette organise, lundi 14 novembre, une marche silencieuse dédiée à Marion Wagon, la fillette disparue depuis vingt ans, à la sortie de l'école

Lundi 14 novembre, cela fera vingt ans que Marion Wagon a disparu à la sortie de son école primaire.


L'association de protection de l'enfance de La Mouette organisera ce jour-là, à midi, une marche silencieuse, depuis la place de la préfecture vers l'établissement Sembel, où était scolarisée la fillette, avant un retour au point de départ.

A cette occasion, les participants pourront arborer des Pin's La Mouette, distribués gratuitement par l'association le jour de la marche, mais également samedi, devant les Galeries Lafayette à Agen.


20 ans après la disparition de Marion à Agen... par journalsudouest

"Le dossier est toujours ouvert"

"Nous penserons très fort aux parents de Marion à cette occasion et tenions à faire un clin d'oeil à la fillette en passant devant son école, pour lui dire qu'Agen ne l'oublie pas. Vingt ans plus tard, le dossier est toujours ouvert et nous n'avons jamais perdu l'espoir de savoir, un jour, ce qui lui est arrivé. Cette marche est aussi l'occasion d'adresser une supplique collective : Si quelqu'un sait quelque chose, ce n'est pas trop tard, il faut parler", indique Annie Gourgue, présidente de la Mouette, au côté de sa vice-présidente Christine Bonfanti-Dossat.

Des enveloppes marquées de l'avis de recherche sont également disponibles au siège de l'association, 12 rue Montesquieu à Agen.

 

Annie Gourgue et Christine Bonfanti-Dossat, respectivement présidente et vice-présidente de La Mouette© Photo Ma. C.


A la Une / Bordeaux / Publié le 13/10/2016 . Mis à jour à 09h03 par Florence Moreau



L'enseignant de Cadaujac détenait plus de 365 000 fichiers d'enfants nus dont certains pris par lui en caméra espion

Christophe Sajus-Lamothe, 46 ans, ancien directeur de l'école de Cadaujac, était jugé ce mercredi par le tribunal correctionnel de Bordeaux pour détention et diffusion d'images à caractère pedopornographique et violences avec préméditation n ayant pas entraîné d'incapacité totale de travail. Publiquement, contrairement à la demande de son avocate qui souhaitait le huis clos.

Demande de huis clos rejetée

En début de procès, l'avocate de Christophe Sajus-Lamothe avait demandé à ce que le dossier soit examiné à huis clos. Comprenant mais regrettant la médiatisation de l'affaire, elle appelait à une sérénité des débats qui passait selon elle par une non publicité "dans l'intérêt de tous". "En fait, c'est une demande faite contre les journalistes", a résumé la présidente Anne-Marie Volette.

Personne, parmi les parties civiles n'a emboîté le pas de la défense. Le vice-procureur Marc Ottomani, s'est offusqué, arguant que "le principe de la justice c'est d'être publique". Argument repris par le tribunal qui a rejeté la demande de huis clos.

365 000 clichés

C'est un signalement sur le contenu de son ordinateur, parvenu à l'office central de répression des violences aux personnes, qui avait lancé le dossier. Les enquêteurs de la police judiciaire ont de fait retrouvé plus de 365 000 clichés de garçonnets nus sur des disques durs cachés .

Certaines de ces images ont été captées grâce à des gadgets sophistiqués comme une mini caméra cachée dans une montre. 20 élèves de Cadaujac et du Bouscat où il a été précédemment en poste figurent sur ces photos volées.

Il a "géré"

Le prévenu a conscience que ses excuses aux familles sont plates. Il dit avoir "géré" et ne pas avoir confondu les téléchargements compulsifs et les photos prises à l'insu des enfants.

Il aurait pris conscience de son attirance pour les petits garçons quand il était adolescent. "Intuitivement, j'ai compris que ce serait impossible à avouer qu'il faudrait l'enfouir au plus profond de moi en espérant qu'elle disparaisse avec le temps".

L'Ange bleu témoigne

La fondatrice et présidente de l'association l'Ange bleu a été entendue comme témoin, mercredi par le tribunal correctionnel de Bordeaux. Elle n'est pas témoin des faits. Ni vraiment de la personnalité du prévenu avec lequel elle s'est entretenu au téléphone. Mais Latifa Bennari, fondatrice et présidente de l'association l'Ange bleu a de l'expérience. Elle a été entendue ce mercredi par le tribunal correctionnel de Bordeaux.

A la barre, elle se présente rapidement. Elle est ancienne victime et milite contre la maltraitance sexuelle des enfants. A force de voir passer des dossiers, elle sait que "tous ceux qui sont passés à l'acte ont eu besoin d'aide à un moment. Et l'Ange bleu permet de demander de l'aide. D'écouter ces gens en proie avec leur attirance, leur perversion sexuelle".

Elle a été contactée par la mère de Christophe Sajus-Lamothe, hospitalisé juste après son arrestation en octobre 2015. Latifa Bennari connaît les consommateurs d'images pédopornographiques, "ces abstinents en détresse". "La majorité ne passe pas à l'acte. Ils font appel à notre association pour se sevrer et il n'y a pas d'impact sur les enfants réels"

La remarque fait bondir les avocats des parties civiles.

Trois ans de prison

"Vous êtes la honte de la République", tonne le vice procureur Marc Ottomani, à l'encontre de Christophe Sajus-Lamothe. Il requiert trois ans de prison dont six mois avec sursis et mise à l'épreuve obligation de soins, interdiction d'exercer une profession en contact avec des mineurs pendant 5 ans et la déchéance de ses droits civiques.

Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné l'ancien directeur à trois ans de prison dont un avec sursis, l'obligation de se soigner, d'indemniser les victimes, l'interdiction de travailler avec des mineurs et à son inscription au fichier judiciaire des auteurs d'infractions sexuelles. Il a été maintenu en détention.

"Pédophile abstinent ou prédateur passif"?

Les parties civiles ont pu s'exprimer ce mercredi. Beaucoup cherchaient des réponses qu'elles n'ont pas obtenues

"Finalement, ce qu'ils demandent, c'est être reconnus comme victimes". Me Emmanuelle Plumetet résume bien la position des parties civiles. Certains pères ou mères d'élèves de l'école de Cadaujac ou du Bouscat, dont les enfants se sont retrouvés sur les photos collectionnées par l'enseignants avaient même demandé un euro symbolique à titre de dommages et intérêts. Avant de revoir leurs prétentions financières à la hausse au vu de l'attitude du prévenu.

"Tous les parents d'élèves qui ont fréquenté l'école de Cadaujac se sont sentis concernés", explique Me Loic Champeaux qui sera finalement débouté de sa constitution de partie civile car les enfants de ses clients ne figurent pas sur les videos. "Ils ont pourtant subi un préjudice à cause du prévenu. Ils ont dû se battre au quotidien pour avoir des informations qu'on ne leur donnait pas, ils se sont angoissés de savoir ce que le directeur avait fait". Pour l'avocat, "la frontière est ténue entre le pédophile abstinent et le prédateur passif".

Pour Me Christine Saint-Germain, le prévenu a "un discours convenu, appris par coeur". L'avocate veut bien entendre que le directeur a perdu pied. "Mais il était suffisamment intelligent pour prendre ses dispositions pour ne pas être pris sur le fait", déplore-t-elle. "Et il avait tout le matériel de James Bond avec ces gadgets derniers cris". Comme d'autres elle se demande pourquoi l'enseignant n'a pas cherché à se faire aider ou à démissionner. "Il aurait pu se faire violence pour consulter", ne décolère pas une mère.

Me Christine Maze, avocate de l'association de protection de l'enfance La Mouette, entend pousser un cri. Celui des enfants présents sur les vidéos téléchargées qui représentent "ni plus ni moins des viols, ces enfants laissés en pâture à des adultes. Plus il y a de consommateurs de ces vidéos, plus il y a de salopards qui mettent en scène et filment ce genre d'images. Et ce sont des enfants pour de vrai". Elle s'adresse au prévenu : "vous étiez le second après le père. Vous avez trahi la confiance de ces petits bouts".

L'enseignant confie son attirance pour les jeunes garçons

L'enseignant suspendu à titre conservatoire a confié son attirance pour les jeunes garçons

La loi lui laisse le choix, mais il a décidé de s'expliquer. Christophe Sajus-Lamothe, aujourd'hui âgé de 46 ans, jugé ce mercredi par le tribunal correctionnel de Bordeaux, retrace son parcours, raconte une enfance "pas rose" entre une mère absente pour son travail et un père alcoolique. L'expert psychiatre qui l'a examiné a noté une difficulté dans les relations et des failles identitaires. Il a même conclu à de la "pédophilie abstinente associée à un voyeurisme et à de la cyberpédophilie".

Le prévenu a rapidement découvert en lui ce qu'il nomme "une attirance déviante". "Dès mon adolescence, lors de mon entrée en seconde, j'ai eu cette double interrogation : j'avais du désir pour les camarades de mon âge mais aussi pour des enfants plus jeunes. C'était quelque chose de difficile. Intuitivement, j'ai compris que cela serait difficile à avouer, que ce serait impossible à révéler alors j'ai voulu l'enfouir au plus profond de moi en espérant que cela disparaisse avec le temps".

Il confie un "virage", il y a trois ans. Enfermement dans la solitude, vide affectif malgré une relation suivie de douze ans :pris d'une boulimie d'images, il s'est mis à télécharger compulsivement des milliers de fichiers d'enfants dénudés. Il s'est même essayé à la captation et la fabrication de ses propres images. "J'étais complètement conscient de cet interdit. Mais je l'ai aménagé. C'est un arrangement avec soi-même. Je me disais que dans cette captation, je n'occasionnais aucun mal à mes élèves". Les photos étaient en effet prises à leur insu grâce à des caméras espions. "Mes élèves étaient à part, ils n'entraient pas dans mes désirs". Mouvement et murmures sur le banc des parties civiles.

Il sait ses excuses plates. Un père lui demande pourquoi il ne s'est pas soigné avant. "J'ai essayé une fois. Je suis allé voir un psychiatre en espérant ouvrir des vannes, libérer ce trop plein. Mais je me suis rendu compte que je ne pouvais pas m'ouvrir sans chambouler toute ma vie notamment professionnelle. Et ce courage de mettre le pied dans la fourmilière, je ne l'ai pas eu"

David Barri et Karine Flores ont été condamnés à la même peine : quinze années de réclusion criminelle
David Barri et Karine Flores ont été condamnés à la même peine : quinze années de réclusion criminelle ©
Bats Pascal

Le verdict de la cour d'assises des Landes est tombé ce mardi vers 18h30. La grand-mère paternelle est sanctionnée de 6 mois de prison avec sursis 

Les jurés de la cour d'assises des Landes ont condamné ce mardi soir David Barri et Karine Flores à la même peine de quinze années de réclusion criminelle.

 

Ce verdict, conforme aux réquisitions prises dans la matinée pour ces violences habituelles ayant entraîné la mort du petit Killian, sans intention de la donner, comprend également six mois d'emprisonnement avec sursis pour la grand-mère paternelle de l'enfant. 

Le retrait de l'autorité parentale pour les cinq sœurs "survivantes" du garçon, retrouvé mort le 27 avril 2010, à Mont-de-Marsan, avait également été réclamé par l'avocat général. La cour d'assises a estimé qu'il n'était pas nécessaire de le prononcer. Une décision largement regrettée par la présidente de l'association La Mouette, spécialisée dans la protection et le droit des enfants.

Frappé, affamé, humilié, shooté…

Plus tôt dans la journée, l'avocat général, Céline Bucau avait certes fait "le constat d'échec des institutions médicales, sociales et judiciaires". Mais elle avait demandé aux jurés de "ne pas se tromper de coupable", et de garder clairement en tête l'image de ces parents qui frappaient, affamaient, humiliaient, insultaient et même "shootaient" cet enfant. "Ils le droguait à l'Atarax pour qu'il dorme et qu'il leur fiche la paix. Souvenez-vous bien de cet expert qui nous a parlé de soumission chimique".

La magistrate a également repris à son compte les mots d'un sapeur-pompier venu évoquer, mardi soir dernier, le souvenir d'un "enfant mort seul comme un chien". "Sauf que même un chien on ne le laisse pas crever comme ça", complétait l'avocat général.

Journal Sud-Ouest du 11 octobre 2016

Sous-catégories