Publié le .
 

Inaugurée officiellement ce mardi 5 mars, à Agen, la salle Mélanie du commissariat a déjà servi à auditionner un petit garçon de 5 ans et une fillette de 7 ans. Explications 

Les panneaux de bois figurant un petit garçon et une petite fille peuvent aider les petites victimes à indiquer à quel endroit du corps ils ont subi une agression.©Thierry Breton

La maison de poupées permet à l’enfant de mimer des choses dont il veut parler ou dont il ne souhaite pas parler. A côté, le "glou-glou" de la fontaine a des vertus apaisantes.©Thierry Breton

La caméra filme le comportement de l’enfant et ses gestes, y compris les mouvements de bras et de jambes sous la table, délibérément choisie en verre.©Thierry Breton

Aux côtés du commissaire Laurent Fraysse, de droite à gauche, Audrey Philipps, brigadier-chef et officier de police judiciaire, n°2 du groupe d’atteintes aux personnes, Annie Gourgue, présidente de La Mouette, la préfète Béatrice Lagarde et le procureur général, Patrick Mathé. ©Thierry Breton
 

Désormais, les policiers n’auront plus à se délocaliser leurs auditions de mineurs dans les locaux de leurs voisins les gendarmes. ©Thierry Breton


Dans une pièce contiguë, un policier peut suivre l’audition en direct et communiquer via des oreillettes, avec le collègue qui entend l’enfant dans la salle Mélanie. ©Thierry Breton

L’inauguration de la salle Mélanie s’est déroulée en présence d’un proche collaborateur du ministre de l’Intérieur, puisque Philippe Tireloque, inspecteur général de la police nationale et conseiller police de Christophe Castaner, avait spécialement fait le déplacement depuis Paris. ©Thierry Breton

Sous-catégories