L’association La Mouette a financé l’acquisition de "Forensic Explorer" au profit de la Section de recherches de la gendarmerie de Bordeaux.

Les spécialistes de la Section de recherches (SR) de la gendarmerie de Bordeaux en matière de cybercriminalité ont désormais un nouvel outil pour traquer les individus qui consultent et diffusent des fichiers pédopornographiques.

Entièrement financé par La Mouette, association de défense et de protection de l’enfant, le logiciel  "Forensic Explorer" est utilisé par les gendarmes depuis six mois et a déjà permis d’identifier des suspects.

 

A l’image de ce Tonneinquais de 54 ans qui doit être jugé le 15 juin prochain, après s’être masturbé devant une webcam face à quelqu’un qui supposait être une fillette. 

Gagner du temps

"Ce logiciel est le plus performant en matière de recherche criminalistique et permet de gagner du temps dans l’exploitation du matériel informatique d’une personne placée en garde à vue. Il permet de quantifier le nombre exact d’images consultées et diffusées en un temps record et ainsi garantir une réponse pénale beaucoup plus rapide. Quatre dossiers ont ainsi été bouclés et deux sont en cours", expliquent le capitaine Thierry Contardo, commandant de la division économique financière et numérique, et le lieutenant Jean-Philippe Halm, chef du groupe cybercriminalité à la SR de Bordeaux.

                             "Quatre dossiers ont ainsi été bouclés et deux sont en cours"

Annie Gourgue, présidente de La Mouette, s'est félicitée des premiers résultats apportés par le logiciel, grâce à la contribution de l'association. "La Section de recherches de Bordeaux est la seule unité similaire à disposer de cet outil".