Le 14 novembre 1996, Marion wagon disparaissait à la sortie de l’école à Agen. Vingt ans plus tard l’information judiciaire est toujours ouverte. Le père de Marion évoque pour nous ce drame qui a frappé toute sa famille.

  • Publié le , mis à jour le

Marion si tu entends ce message, reviens-nous vite, nous t'aimons. Si quelqu'un la retient, nous le supplions de nous rendre notre enfant

tels étaient les mots de Michel Wagon quinze jours après la disparition de sa fille.

Aujourd’hui, vingt ans presque jour pour jour après le drame, cette date du 14 novembre, reste bien évidemment indélébile.

C’est toujours une journée très difficile, c’est remettre le compteur à zéro, se rappeler cette journée, la disparition de Marion (…). Ça fait vingt ans qu’on a pas de nouvelle de Marion, c’est toujours une journée très difficile (…). On ne s’en remettra jamais, tant qu’on aura pas la vérité, on ne s’en remettra jamais 

explique Michel Wagon.

Aujourd’hui le combat des parents de Marion et de leurs deux enfants aujourd’hui âgés de 33 et 34 ans est donc toujours de « connaître la vérité ». Ils nourrissent toujours l’espoir de savoir « ce qui s’est passé » le 14 novembre 1996.

De revoir Marion vivante, on sait que ce sera compliqué. Mais en même temps (…) on se souvient de l’épisode de Natascha Kampusch, c’était une preuve qu’on pouvait retrouver un enfant dans le long terme. Bon, après c’est vrai que vingt ans après aux USA on a su qu’on avait retrouvé des cadavres d’enfants disparus 

dit Michel Wagon.

Durant ces deux décennies, des hypothèses ont bien émergé. Quelques mois après la disparition de la petite fille, un homme disait avoir vu Marion aux Antilles. Puis quelques années plus tard un homme entendu dans l’affaire Alègre prétendait la même chose. Toutes ces pistes ont finalement été écartées comme celle de Fourniret, un temps étudiée

A Agen , la « cellule Marion » est toujours active. Michel Wagon dit avoir été régulièrement informé par les gendarmes des avancées de l’enquête mais depuis quelques temps les échanges se font plus rares.

L’enquête est peut-être au point mort mais nous savons que les enquêteurs sont prêts à bondir sur le moindre renseignement

confie le père de Marion.
 
Quand Michel Wagon, monteur dans une carrosserie du Lot-et Garonne, et sa femme, secrétaire, pensent à Marion, ils retrouvent l’enfant « rêveuse, une enfant magnifique » qui « ne méritait pas de disparaitre ».

Lundi une marche silencieuse est organisée à Agen par l’association La Mouette pour les vingt ans de la disparition de Marion. De la même manière des enveloppes sur lesquelles apparaît l’avis de recherche avec le visage de Marion sont distribuées en ville durant tout le mois de novembre. Une solidarité de longue date qui touche le père de famille.

Tous les messages de sympathie, toute cette solidarité qui s’est créée autour de Marion, les mots de réconfort, les petits signes, les petits gestes, ça nous a aidé très certainement à tenir le coup, et nous sommes très reconnaissants aux Agenais et Agenaises .

France3Aquitaine Publié le 8/11/2016