C’est dans un réel souci d’application de la loi du 17 juin 1998, qui prévoit l'audition filmée des mineurs victimes de violences sexuelles que la Mouette a initiée la mise en place de la salle Mélanie à la Gendarmerie d’Agen financée par les dommages et intérêts qu'elle obtient en se constituant partie civile.

Violenté au plus profond de lui même dans son corps et dans son psychisme l’enfant a besoin d’une prise en charge particulière en raison de sa faiblesse, de ses moyens de défense et de vulnérabilité.

L’enfant, qui subit des violences sexuelles doit être considéré comme une personne victime, c‘est à dire un enfant souffrant . mais pas comme un enfant malade et la prise en compte de sa souffrance à nos yeux, commence, par la possibilité de dire au gendarme ou au policier ce qui se passe pour qu’il soit reconnu victime.

Parce que " redire " c’est " revivre "   il faut éviter la répétition du traumatisme, et l’enregistrement audiovisuel est une des réponses.

Le souhait de la Mouette aujourd'hui est que les enfants qui prendront ce chemin pour franchir la salle Mélanie, se sentent en sécurité, qu’ils puissent se reconstruire très tôt et devenir des adultes de demain, heureux, épanouis et bons, et que notre initiative permette de développer d’autres "Salles Mélanie"en France et en Europe.

Les enfants en valent la peine, eux qui sont notre avenir et l’avenir de l’Humanité.

La Présidente

Annie Gourgue

 

Agen (47)
Villeneuve sur Lot (47)
Marmande (47)
Cambraï (59)
Nontron (24)
Orthez (64)
Mont de Marsan (40)
Lourdes (65) 
Auch (32)
Oloron Sainte Marie (64)
Bayonne (64) et Bordeaux (33) en partie
Bergerac (24) Gendarmerie
Bergerac (24) Commissariat
Arcachon (33)



Athènes (Grèce) 1ère salle Mélanie Européenne