A la maison bleue aujourd'hui le Point Rencontres à été inauguré.
Présidente de l'association la Mouette Défense et protection de l'enfant, marraine de cette salle je me réjouie que nous ayons pu l'inaugurer à la veille de la Journée Internationale des Droits de l'enfant. Convention que la France à ratifiée il y a 25 ans cette année.
Je reprendrai un des articles important pour les enfants de parents séparés l'article 9.
"Le droit pour l'enfant de vivre avec ces deux parents et en cas de séparation de maintenir des contacts avec le parent dont il vit séparé "
Le Point Rencontre permet aux enfants de retrouver ce parent.
Je veux remercier ici toutes les personnes qui d'une façon ou d'une autre m ont permis de réaliser ce projet.
Anne Gaure, Christine Bonfanti Dossat, Celia Louda Dall Agnol, Jonathan, Marie, Remy, les Rotariens Agen.
Je terminerai par notre décoratrice Evelyne Marraud.
Un tout grand merci à vous tous.

Annie Gourgue

 

 

Social : une Maison bleue pour restaurer les liens familiaux

Tous les partenaires réunis hier sous l'égide de «La Sauvegarde» et de «La Mouette» à l'occasion de l'inauguration officielle de «La Maison bleue». / Photo Le Petit Bleu Jean-Michel Mazet
Tous les partenaires réunis hier sous l'égide de «La Sauvegarde» et de «La Mouette» à l'occasion de l'inauguration officielle de «La Maison bleue». / Photo Le Petit Bleu Jean-Michel Mazet

«La Maison bleue» a ouvert ses portes rue Saint-Martin à Agen. Ce «point rencontre» se veut un espace apaisé pour les droits de visite, dans l'intérêt des enfants qui ont fait l'objet d'une décision judiciaire.

Après son ouverture le week-end dernier, au 23 rue Saint-Martin à Agen, derrière le Sacré-Cœur, le point rencontre parents-enfants baptisé «La Maison bleue» a été inauguré officiellement hier. Sous tutelle de «La Sauvegarde», ce nouvel espace aménagé et décoré par l'association «La Mouette», représentée par Annie Gourgue qui a associé la peintre muraliste Evelyne Marraud, se veut un lieu neutre de rencontres médiatisées dans le cadre de conflits familiaux qui ont conduit à une décision de justice. «Pour répondre à la problématique de l'autorité parentale, la règle majeure des acteurs judiciaires est la protection de l'enfant qui a besoin de ses deux parents pour se construire», a affirmé Daniel Pagotto, président de l'association «La Sauvegarde». Ce point rencontre a vu le jour à Agen dans les années 1990 pour répondre à des besoins explicites décelés par les juges des enfants, avocats et travailleurs sociaux, à savoir maintenir coûte que coûte un lien familial. Voilà deux ans, un déménagement a été décidé en faveur de la rue Saint-Martin à Agen dans un immeuble de ville qui apparaissait plus adapté à des visites parentales. Deux entrées séparées par des bureaux permettent aux parents en situation conflictuelle, de ne pas se croiser. «Ce lieu d'accueil répond à trois objectifs, a encore précisé le président de «La Sauvegarde»: «Préserver les droits de l'enfant, restaurer le droit de visite entre parent et enfant, aider les ex-conjoints à assumer leurs responsabilités de parents». Le service point rencontre 47 offre deux espaces distincts: sur Agen les 1er et 3e samedis du mois, le matin dans ces nouveaux locaux et l'après-midi au centre de loisirs des Iles dans un espace alloué par la mairie. Sur Marmande les 2e et 4e samedis du mois au centre de loisirs de Lolya mis à disposition par Val de Garonne Agglomération. L'accueil est assuré par une équipe de six intervenants qualifiés et d'une psychologue qui sont présents sur place lors de ces rencontres programmées. Le transfert à Agen a été réalisé grâce à l'engagement de la CAF qui a apporté une aide financière de 42500€ pour rénover le bâtiment. Le seul bémol reste une activité importante du lieu qui ne permet pas d'absorber les besoins, notamment sur Agen où vingt dossiers sont en attente avec des délais de 9 mois entre une prise de contact du parent visiteur et la première entrevue ménagée avec l'enfant.


De la couleur et de la gaieté

« Je suis honorée d'être la marraine du point rencontre ».

Annie Gourgue, présidente de «La Mouette» engagée dans la protection de l'enfance.

«La Mouette»a dégagé la somme de 5 201 € pour la décoration et l'équipement (mobilier) du nouvel espace ludique destiné aux enfants. L'artiste Evelyne Marraud a imaginé sur les murs des fresques colorées usant de teintes à la fois tonifiantes et apaisantes. Le but est de favoriser un havre de paix, une parenthèse enchantée pour que les visites soient synonymes de bien-être et de reconstruction.


Le chiffre : 529

Rencontres >En 2014. 73 dossiers reçus et 95 enfants accueillis.