Mon coup de colère
C'est incontestable la peine capitale ne sera jamais remise en France ne nous épuisons pas à souhaiter son retour mais exigeons des peines à la hauteur de ces actes abominables et irrémédiables, exigeons une perpétuité non pas en trompe-l'oeil mais une perpétuité réelle, exigeons le respect d'un verdict populaire au moment des Assises, ne permettons plus qu'un violeur assassin récidive, exigeons qu'il soit suivi toute sa vie durant et ne puisse jamais croiser le regard d'un enfant, alors OUI commencera la protection réelle des plus petits des faibles LES ENFANTS.

Annie Gourgue

Annie Gourgue.

Joyanae,

Ta vie sur terre n'aura duré que quelques mois.

Le 19 novembre dernier, nous apprenions cette terrible nouvelle : Une petite fille violée et tuée à Agen victime du compagnon de sa maman. Tu avais 17 mois.

L'émotion, l'incompréhension et la colère nous envahissaient.

Notre association, comme elle le fait, hélas trop souvent, s'est constituée Partie Civile.

Beaucoup d'Agenaises et d'Agenais se sont manifestés pour dire leur tristesse et leur colère souhaitant t'accompagner à ta dernière demeure une rose blanche à la main.

Une entreprise s'est proposée pour prendre en charge tes obsèques.

Des Antilles je reçu un appel me disant que tu avais un papa. J'ai eu ton papa longuement au téléphone.
Aujourd'hui j'apprends par la presse que le samedi 7 avril tu as été inhumée dans la plus stricte intimité à la demande de ta famille maternelle.

Je comprends et respecte cette décision tout à fait normale vu la douloureuse situation et l'immense chagrin de ta famille maternelle.
Néanmoins je regrette que ton papa ne sache pas aujourd'hui où se trouve ta dernière demeure car il souhaiterait t'apporter des fleurs.

Tu n'as pas eu le temps de le connaitre ce papa néanmoins tu en avais un.

Nous n'avons pas pu hélas t'accompagne samedi Joyanae, mais sache petit ange que toutes nos pensées et nos prières vont éclairer ta nouvelle route.

Annie Gourgue
Présidente de l'association La Mouette

 

La Mouette interpelle Christine Bonfanti-Dossat - Sénatrice de Lot et Garonne et vice-présidente de l'association la Mouette. Défense et protection de l'enfant en cette journée nationale des DROITS DE L'ENFANT.

Rencontre avec notre Sénatrice et vice présidente de l'association La Mouette avant son départ au Sénat.
Nous lui demandons de poser une question au Gouvernement sur le projet de l'abaissement de l'âge du consentement sexuel à 13 ans .
NON A L'ABAISSEMENT DE LA MAJORITÉ SEXUELLE A 13 ANS !
On ne bâtit pas des lois sur des exceptions.
Un enfant n'est jamais consentant.

Joyanae, elle avait 17 mois, elle vient de disparaître sous la violence la plus veule et la plus ignoble !

L’horreur rend muet.

L’émotion est celle de tous et de chacun, interrogative, révoltée, et à chaque fois légitime.

La Mouette, partie civile au nom de cette petite fille qui n’aura pas l’occasion de découvrir la vie, le moment venu organisera un hommage, une communion de l’âme et du cœur. Mais avant, le temps doit faire son oeuvre, celui de l'interrogation collective, de l'organisation des suivis sociaux des personnes isolées qui vivent pourtant en plein centre ville.

Alors, seulement, nous pourrons nous recueillir. 

Notre association ne sera pas associée à d’autres initiatives qui pourraient être l’occasion de récupération, le temps n’est pas aux grandes déclarations mais au recueillement, la douleur est trop profonde.

Annie GOURGUE

 

 

 

20 Novembre journée internationale des Droits de l'enfant à REAUP-LISSE. Inauguration Espace des Droits de l'enfant en présence de Monsieur le Sous-préfet de Nérac. Monsieur Lacombe Nicolas, Maire et Conseiller départemental de Nérac, Monsieur le Maire et les conseillers municipaux de Réaup-Lisse, Monsieur le Maire de Mézin. Les enfants et les enseignantes de l'école de Réaup.