Joyamaé, elle avait 17 mois, elle vient de disparaître sous la violence la plus veule et la plus ignoble !

L’horreur rend muet.

L’émotion est celle de tous et de chacun, interrogative, révoltée, et à chaque fois légitime.

La Mouette, partie civile au nom de cette petite fille qui n’aura pas l’occasion de découvrir la vie, le moment venu organisera un hommage, une communion de l’âme et du cœur. Mais avant, le temps doit faire son oeuvre, celui de l'interrogation collective, de l'organisation des suivis sociaux des personnes isolées qui vivent pourtant en plein centre ville.

Alors, seulement, nous pourrons nous recueillir. 

Notre association ne sera pas associée à d’autres initiatives qui pourraient être l’occasion de récupération, le temps n’est pas aux grandes déclarations mais au recueillement, la douleur est trop profonde.

Annie GOURGUE